Non classé

Fuir un peu

Ils se taisent tout au long du soir. Dans l’auto noire qui la ramène à la pension elle met sa tête contre son épaule. Il l’enlace.- M. Duras

Je ne sais pas trop ce que fuyait Marguerite Duras à ce moment. Enfin je le sais. Mais je ne l’ai pas vécu. Expérimenté. Mais elle fuyait. Et ça je connais. Quand moi je fuyait aussi je me disais toujours qu’il y avait une forme de lâcheté dedans. Mais finalement peut être que c’est lâche de rester. Peut être que c’est lâche parce qu’on ne change pas.

Je fuis beaucoup. Aujourd’hui je n’ai pas parlé. Pas la vrai parole. Celle qu’on ressent vraiment. Hier soir non plus. Les gens étaient ce qu’ils étaient. Nous mangions. Il faisait bon dans le restaurant. Les sujets intéressants ne l’étaient pas. Ils m’intéressaient. Mais ils m’ennuyaient. Je m’ennuyais de moi. Car j’avais un peu trop fuit ce que j’étais cette soirée là. Pour laisser place à une autre personne qui ne parle que pour parler. Et non pour dire. Parce que les gens ne sont pas des personnes à qui ont peut dire.

Je fuis les gens. Un peu trop.

Surtout ce que je ne connais pas vraiment.

Mais à force de les fuir, je ne connais plus personne. Ni moi, ni les autres.

Parolesdestagiaires |
Justehumaine |
Paroles D'ados |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Pasdetitreformoment
| Blanche
| La vie d'un rêve